hogarthMenu_layout

Les cadres modalisés de la performance

2 novembre 2017

Michel de Fornel, dans sa présentation de rentrée, a défini d'après Richard Bauman la performance comme un cadre d'interprétation et d'évaluation de l'habileté et de l'efficience d'une communication par la parole.

Fundamentally, performance as a mode of spoken verbal communication consists in the assumption of responsibility to an audience for a display of communicative competence. This competence rests on the knowledge and ability to speak in socially appropriate ways. Performance involves on the part of the performer an assumption of accountability to an audience for the way in which communication is carried out, above and beyond its referential content. From the point of view of the audience, the act of expression on the part of the performer is thus marked as subject to evaluation for the way it is done, for the relative skill and effectiveness of the performer's display of competence.

Richard Bauman, Verbal Art as Performance [1977], nouvelle édition, Prospect Heights, Illinois: Waveland Press, 1984, p.11.

La performance est un mode de communication par la parole qui attribue (assumption) à un auditoire la responsabilité de juger de l'habileté (skill) et de l'efficience (effectiveness) d'une démonstration (display) de compétence communicationnelle, a display of communicative competence. L'artiste (performer) qui se produit devant un auditoire est supposé rendre des comptes (assumption of accountability) à l'auditoire sur sa façon de communiquer ce qu'il a à dire, indépendamment (above and beyond) du contenu objectif de ses paroles (referential content). L'artiste doit faire preuve (display) de compétence communicationnelle.

Ce cadre d'interprétation est modalisé par différents artifices tels que l'emploi d'un langage codé, de figures de style, du parallélisme poétique, de formules stéréotypées, etc. Cette modalisation du cadre d'interprétation de la prestation est ce que Richard Bauman, au chapitre 3 de Verbal Art as Performance, nomme the keying of performance. Keying est en français «la modalisation» et the keys sont en français «les modes» de performance.

Le choix des différents modes utilisés pour modaliser le cadre d'une performance varie suivant les différentes cultures. Certaines valorisent l'art du conteur, d'autres non; certaines valorisent l'art de la déclamation ou du chant, d'autres non. Ce sont autant de modalisations différentes.

(13) The point to be emphasized here is that just as speaking itself as a cultural system (or as part of cultural systems defined in other terms) will vary from speech community to speech community, so too will the nature and extent of the realm of performance and verbal art. One of the principal questions one must ask in the ethnography of performance is what range of speech activity is regarded as /14/ susceptible to performance and what range is conventionally performed, that is, conventionally expected by members of the community to be rendered in a performance mode.

Bauman a emprunté ce concept de modalisation à Goffman, ainsi que l'idée selon laquelle le cadre primaire (primary framework) d'une activité donnée, comme ici la parole, est modalisé lorsque les participants considèrent la façon particulière dont cette activité est menée lorsqu'on lui impose un ensemble de conventions définissant un art de la déclamation, du chant, du récit, etc., qui la transforment à leurs yeux en quelque chose d'autre.

Erving Goffman, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, New York, Harper & Row, 1974, p.43:

I refer here to the set of conventions by which a given activity, one /44/ already meaningful in terms of some primary framework, is transformed into something patterned on this activity but seen by the participants to be something quite else. The process of transcription can be called keying. A rough musical analogy is intended.

Erving Goffman, Les Cadres de l'expérience, Paris, Minuit, 1991, p.52 [Traduction Isaac Joseph modifiée par nous]:

Par mode (key) j'entends un ensemble de conventions par lesquelles une activité donnée, déjà pourvue d'un sens par l'application d'un cadre primaire, se transforme en une autre activité qui prend la première pour patron (pattern) mais que les participants voient comme quelque chose de totalement autre. On peut appeler modalisation (keying) ce processus de transcription. L'analogie avec la pratique musicale est délibérée.