hogarthRubriqueAside_layout

Trois relais de la voix

Je me place du point de vue des pratiques langagières. La parole et le chant à pleins sons embrayent sur la voix intérieure. Puis nous passons de la parole à l'écriture, second relais de la voix. Enfin, relais du troisième type, la numérisation permet l'enregistrement, l'archivage et la diffusion de la vive voix, de la gestuelle qui l'accompagne et du cadre de son accomplissement (performance).

Une personne parle, on enregistre sa voix, on exporte de la voix dans une autre matière, on en fait du texte (entextualization). Elle est à chaque instant relayée et réincarnée en d'autres lieux que celui de sa production sensori-motrice. Elle oscille entre deux vies, tantôt textualisée tantôt réincarnée.

"In the year 1471 a member of the Sorbonne, Guillaume Fichet, looking back on the history of what today we should call communication technology, divided it into three periods: antiquity (which used the calamus or reed pen), a subsequent period which we should identify as the Middle Ages (which used the penna or quill pen), and a period just beginning (which used aereae litterae or print). Just over five hundred years later an American scholar, Walter J. Ong, looking back on a longer historical span, divided it into orality, writing, printing, and electronic communications."

D. H. Green, Orality and Reading: The State of Research in Medieval Studies, Speculum, Vol. 65, No.2 (Apr., 1990), pp.267–280; sp.267.