hogarthMenu_layout

Le langage comme action
Malinowski en 1923 puis en 1935 (Jardins de corail)

4 décembre 2014

Bronislaw Malinowski (1884-1942), précurseur de la pragmatique.

malinowski_problem_ of_ meaning.pdf

Bronislaw Malinowski, The problem of meaning in primitive languages, Supplement 1 in C.K. Ogden and I.A. Richards (Eds.), The meaning of meaning, London, Routledge and Kegan Paul, 1923, pp. 296–336. Deux concepts clés dans ce texte de 1923.

1 / «Le langage est un mode d'action plutôt qu'un mot de passe de la pensée»

p.296: "Language, in its primitive function, to be regarded as a mode of action, rather than as a countersign of thought"

p.326: "Certain more definite views about the nature of language, in which we conceived human speech as a mode of action, rather than as a countersign of thought"

2 / Le concept de contexte de situation

p.306: [An utterance] becomes only intelligible when ¡t ¡s placed within its context of situation, if I may be allowed to coin an expression which indicates on the one hand that the conception of context has to be broadened and on the other that the situation in which words are uttered can never be passed over as irrelevant to the linguistic expression… But the widened conception of context of situation yields more than that. It makes clear the difference in scope and method between the linguistics of dead and of living languages. The material on which almost all our linguistic study has been done so far belongs to dead languages. It is present in the form of written documents, naturally isolated, torn out of any context of situation. […]

p.307: But when we pass from a modern civilized language, of which we think mostly in terms of written records, or from a dead one which survives only in inscription, to a primitive tongue, never used in writing, where all the material lives only in winged words, passing from man to man—there it should be clear at once that the conception of meaning as contained in an utterance is false and futile. A statement, spoken in real life, is never detached from the situation in which it has been uttered. For each verbal statement by a human being has the aim and function of expressing some thought or feeling actual at that moment and in that situation, and necessary for some reason or other to be made known to another person or persons—in order either to serve purposes of common action, or to establish ties of purely social communion, or else to deliver the speaker of violent feelings or passions. Without some imperative stimulus of the moment, there can be no spoken statement. In each case, therefore, utterance and situation are bound up inextricably with each other and the context of situation is indispensable for the understanding of the words. Exactly as in the reality of spoken or written languages, a word without linguistic context is a mere figment and stands for nothing by itself, so in the reality of a spoken living tongue, the utterance has no meaning except in the context of situation.

[Pour nous aujourd'hui, le contexte est de trois sortes: 1°) le contexte linguistique ou grammatical, 2°) le contexte de référence ou référentiel, et 3°) le contexte de situation ou indexical.]

It will be quite clear now that the point of view of the Philologist, who deals only with remnants of dead languages, must differ from that of the Ethnographer, who, deprived of the ossified, fixed data of inscriptions, has to rely on the living reality of spoken language in fluxu. The former has to reconstruct the general situation—i.e., the culture of a past people—from the extant statements, the latter can study directly the conditions and situations characteristic of a culture and interpret the statements through them. Now I claim that the Ethnographer's perspective is the one relevant and real for the formation of fundamental linguistic conceptions and for the study of the life of languages, whereas the Philologist's point of view is fictitious and irrelevant.

Concepts repris en 1935 dans An ethnographic theory of language (Coral Gardens, début du volume II).

malinowski_coralGardens_ theory_ of_ language.pdf

Bronislaw Malinowski, Coral Gardens and their Magic. A Study of the Methods of Tilling the Soil and of Agricultural Rites in the Trobriand Islands, Volume 2: The Language of Magic and Gardening, London, Allen & Unwin, 1935. Pp.3–74: An Ethnographic Theory of Language and some Practical Corollaries. Bronislaw Malinowski, Les Jardins de corail, Traduction Pierre Clinquart, Paris, La Découverte, (1974) 2002. Les deux volumes de l'édition originale sont réunis en un seul, mais plus de la moitié du Volume II — la partie la plus érudite — n'a pas été traduite.

Thèse centrale: (7) The fact is that the main function of language is not to express thought, not to duplicate mental processes, but rather to play an active pragmatic part in human behaviour. (Trad. Clinquart, 242) «En fait la principale fonction du langage n'est pas d'exprimer la pensée ni de reproduire l'activité de l'esprit, mais au contraire de jouer un rôle pragmatique actif dans le comportement humain.»

(Clinquart) Examinons rapidement comment est utilisé le langage dans l'horticulture aux îles Trobrîand. Commençons par suivre ces gens qui, après la réunion du conseil (kayaku), gagnent en groupe les jardins pour «compter les parcelles dans la brousse» (kalawa o la odila; cf. chap. II, sect. 3). Ils ont pour rôle de circonscrire la superficie à consacrer aux cultures, d'en fixer les limites, bref, de tout préparer pour couper la ceinture de bornage. Les anciens, qui ont de l'expérience et connaissent bien le terrain, identifient les champs (kwabila), matérialisent la ligne de bornage en plantant des repères et alignent les remblais de pierre (karige'i). Pour ce faire, la parole est associée aux activités physiques. Mouvements, mots et gestes, tout est mis en oeuvre pour résoudre ce problème pratique.

Les indigènes cherchent divers objets — arbres, affleurements de corail, tas de pierres; ils discourent sur leur véritable nom, se les montrent du doigt, confrontent leurs opinions. Ils finissent par prendre une décision, qui est l'aboutissement du discours, de leurs déplacements, du choix des désignations, du maniement des ustensiles; en effet, lorsqu'ils arrivent à un accord, ils laissent des signes, marquent les arbres et abattent de jeunes arbres. Les mots kwabila, karige'i, tuwaga, baleko ou tukulumwala, qui désignent diverses essences et divers types d'affleurements coralliens, les noms d'un champ, d'un chemin ou d'une parcelle de jardin, sont utilisés avec la valeur d'actions significatives (are used as significant actions) concurremment avec les mouvements physiques. Ici, l'acte de parole équivaut au geste et au mouvement. (Speech is here equivalent to gesture and to motion.) Il ne fonctionne pas comme expression de la pensée ou comme instrument de communication de la pensée, mais en tant que segment de l'activité concertée. Si nous notions au passage les mots prononcés à cette occasion et si nous les traitions comme un pur énoncé coupé de l'action et de la situation qui l'accompagnent, il est clair qu'il serait creux et dépourvu de signification. (If we jotted down the words spoken there and treated them as a text divorced from its context of action and situation, the words would obviously remain meaningless and futile.) […]

Si nous suivions le groupe qui va d'ordinaire couper la ceinture de bornage, nous verrions que les indigènes emploient aussi les mots pour coordonner leurs activités, pour communiquer à distance, pour appeler à l'aide — en bref, pour régler leurs travaux concertés. De même lorsque, quelques jours plus tard, après la grande cérémonie d'inauguration, ils gagnent ensemble le jardin et y accomplissent le premier défrichage (takaywa). La brousse alors s'anime: les hommes s'encouragent les uns les autres, se donnent des ordres et, de la voix, coordonnent leurs mouvements à distance. Ils ne pourraient rien faire sans le discours. Encore une fois, le discours n'a pas de sens si on le détache de l'activité dont il fait partie. La parole est mêlée aux activités manuelles dans toutes sortes d'occasions — maniement des poteaux au cours de l'érection du kamkokola, construction d'une clôture ou d'une tonnelle. (8) Then the bush is alive with men who call out encouragements to one another, issue commands, and co-ordinate their movements by verbal action at a distance. Their work would be impossible without speech. Speech again is meaningless without the context of the activity in which it is enveloped. The handling of poles in the erection of the kamkokola, the building of a fence, or the construction of a garden arbour, would each supply us with examples of speech interwoven with manual behaviour. […]

Chacun d'entre nous peut constater par expérience que, dans notre culture, le langage retrouve souvent son caractère foncièrement pragmatique. (Every one of us could convince himself from his own experience that language in our own culture often returns to its pronouncedly pragmatic character.)

(9) Whether engaged in a technical manipulation, pursuing some sporting activity, or conducting a scientific experiment in a laboratory or assisting each other by word and deed in a simple manual task, words which cross from one actor to another do not serve primarily to communicate thought: they connect work and correlate manual and bodily movements. Words are part of action and they are equivalents to actions. […]

The pragmatic character of language has so far been illustrated only in its pronouncedly active uses; but this does not mean that other types of language, such as narratives, magical formulae, public harangues or legal utterances, lack completely the pragmatic dimension. Language is never a mere shadow of some other cultural reality. Take for instance a magical formula. The ethnographer may find in it a number of illustrative phrases. He may discover that certain words point to certain traditional attitudes and that others contain a running commentary on the manual rite. The critical reader may be interested in keeping a close methodological watch over the ethnographer's manipulation of the formula. But to the native himself a magical formula is not a piece of folk-lore, still less obviously an ethnographic document. It is a verbal act by which a specific force is let loose, an act which in native belief exercises the most powerful influence on the course of nature and on human behaviour. Magic, moreover, as we have seen, acts as a powerful social organising force.

(trad. Clinquart, 243) Quelle que soit la situation — manipulation technique, activité sportive, expérience de laboratoire, simple travail manuel où l'on s'aide de la voix et du geste — les mots échangés n'ont pas pour fonction première de transmettre la pensée, mais d'unifier le travail et de coordonner les activités des mains et du corps. Les mots participent de l'action et sont autant d'actions. […]

Jusqu'ici, nous n'avons illustré le caractère pragmatique du /244/ langage qu'à l'aide de ses manifestations les plus actives; cela ne veut pas dire que les autres conduites de langage, les récits, les formules magiques, les harangues ou les énoncés juridiques soient complètement dépourvus de cet élément pragmatique. Le langage n'est jamais l'ombre d'une autre réalité culturelle, quelle qu'elle soit. Prenons par exemple une formule magique. L'ethnographe peut y découvrir un certain nombre de locutions révélatrices. Il remarquera par exemple que certains mots dénotent des attitudes traditionnelles et que d'autres constituent un véritable commentaire sur le rite manuel. Le lecteur qui a l'esprit critique prendra un certain intérêt à exercer une étroite surveillance méthodologique sur la manière dont l'ethnographe manipule la formule. Mais pour l'indigène lui-même, une formule magique n'est pas une page de folklore et encore moins — et pour cause — un document ethnographique. C'est un acte de parole qui permet de libérer telle ou telle force particulière — un acte qui, dans l'esprit des indigènes, exerce une influence très puissante sur les phénomènes de la nature et la conduite humaine. En outre, nous l'avons vu, la magie joue le rôle d'une puissante force d'organisation sociale. […]

On peut en dire autant de l'invocation des esprits et des énoncés juridiques qu'on peut entendre au cours du kayaku; des harangues du magicien, qui comptent parmi les éléments d'organisation les plus puissants de la culture des jardins; des cris et des plaisanteries traditionnelles qu'on lance au cours d'une activité de groupe où les participants rivalisent entre eux; des expressions qui accompagnent les échanges de dons et d'obligations. Tous ces actes de langage constituent des types de comportement humain aussi importants que les rites manuels. (All these verbal acts are as important types of human behaviour as any manual rite.)

Je me suis efforcé de montrer que le langage constitue un aspect culturel à part entière, un type de comportement humain qui ne remplit pas une sorte de fonction subsidiaire, mais joue un rôle bien à lui, unique et irremplaçable. Par conséquent, les descriptions que nous donnons de la réalité linguistique doivent être aussi complètes, aussi précises et aussi fines que les autres. Il faut évidemment les donner comme elles viennent, c'est-à-dire dans la langue originale. (They have to be given, of course, as they really happen, that is, in the vernacular.)