hogarthMenu_layout

Savoir grammatical
Une percée de Chomsky en 1957

chomsky_on_skinner.pdf. Dossier Chomsky

Noam Chomsky, A review of B. F. Skinner's Verbal Behavior, Language 35 no.1 (1957): 26-58. Repris dans Jerry A. Fodor & Jerrold J. Katz, Eds., The Structure of Language. Readings in the Philosophy of Language, Englewood Cliffs NJ: Prentice-Hall, 1964: 547-578. Traduit en français: «Un compte rendu du Comportement animal de B. F. Skinner», dans la revue Langages, n°16, Décembre 1969, numéro thématique dirigé par Jacques Mehler, Psycholinguistique et grammaire générative, pp. 16-49.

Ce compte rendu de Verbal Behavior en 1957 marque un tournant majeur — rupture définitive avec le béhaviorisme, et émergence du concept de savoir grammatical — et participe de la révolution cognitiviste qui va substituer à l'étude du comportement l'étude des états et processus mentaux.

Pierre Jacob, Chomsky, Cognitive Science, Naturalism and Internalism (2001), téléchargeable sur le site web de l'Institut Jean Nicod.

(Jacob) "Ever since his earliest presentations of the task of a linguistic theory, Chomsky has noted that a person's ability to understand and produce sentences of her native tongue can give rise to three distinct basic questions:
(Q1) What is the system of knowledge that allows a native speaker to use and understand sentences of her language?
(Q2) How did this knowledge arise in her mind?
(Q3) How is it put to use in actual speech (both in production and in comprehension)?"

En vertu de quel savoir le locuteur indigène parle-t-il sa langue maternelle, comment ce savoir est-il acquis et comment cette compétence est-elle mise en œuvre dans une performance? Ce qui me permet de comprendre et de construire des phrases dans ma langue maternelle, c'est le savoir que j'ai de la grammaire de ma langue et ce savoir ne se résume pas à des habitudes de comportement langagier, c'est une véritable compétence cognitive. Dans le Programme de Chomsky, la théorie linguistique est d'abord une théorie de la structure cognitive: la faculté de langage, dont le comportement linguistique du locuteur n'est qu'une source d'observations parmi d'autres.