hogarthMenu_layout

Les valeurs expressives et phatiques de la voix

Roman Jakobson, Linguistique et poétique (1960),
dans ses Essais de linguistique générale,
Paris: Ed. de Minuit, 1963, spéc. pp. 215-217

Des six fonctions linguistiques définies par Jakobson, deux s'attachent plus particulièrement à la voix: 1°) Pour illustrer la fonction «expressive», Jakobson évoque une audition d'embauche dans laquelle Stanislavski, le fameux metteur en scène moscovite, demandait à un acteur d'évoquer quarante situations émotionnelles différentes en proférant seulement les mots Segodnja vecerom  «Ce soir», de façon que son auditoire puisse reconnaître ces situations à partir des changements dans la configuration phonique de ces deux simples mots. 2°) A propos de la fonction que Malinowski avait appelée la fonction «phatique», Jakobson souligne que c'est la seule fonction du langage humain que possèdent les oiseaux:

(217) «Il y a des messages qui servent essentiellement à établir, prolonger ou interrompre la communication, à vérifier si le circuit fonctionne («Allo, vous m'entendez?), à attirer l'attention de l'interlocuteur ou à s'assurer qu'elle ne se relâche pas («Dites, vous m'écoutez ?» ou, en style shakespearien, «Prêtez-moi l'oreille!» — et, à l'autre bout du fil, «Hm-hm!»). Cette accentuation du contact — la fonction phatique selon Malinowski — peut donner lieu à un échange profus de formules ritualisées, voire à des dialogues entiers dont l'unique objet est de prolonger la conversation. Dorothy Parker en a surpris d'éloquents exemples: «Eh bien!» dit le jeune homme. «Eh bien !» dit-elle. «Eh bien, nous y voilà,» dit-il, «Nous y voilà, n'est-ce pas,» dit-elle. «Je crois bien que nous y sommes,» dit-il, «Hop ! Nous y voilà.» «Eh bien !» dit-elle. «Eh bien!» dit-il, «eh bien.» L'effort en vue d'établir et de maintenir la communication est typique du langage des oiseaux parleurs; ainsi la fonction phatique du langage est la seule qu'ils aient en commun avec les êtres humains. C'est aussi la première fonction verbale à être acquise par les enfants; chez ceux-ci, la tendance à communiquer précède la capacité d'émettre ou de recevoir des messages porteurs d'information.»

A rapprocher de l'analyse que donnent les anthropologues (Kawada), les musicologues (Mâche) et les indianistes (Staal) des vocables ou sons phoniques (sons de voix humaines) dépourvus de sens comme les mantra dans le rituel indien: joue alors essentiellement une fonction phatique (et non expressive) ou pragmatique (et non sémantique). C'est le degré zéro des arts de la voix: une virtuosité dans l'art d'établir et de maintenir la communication.