hogarthRubriqueAside_layout

Registre ▸ Variété linguistique appropriée à une situation sociale particulière.

Dialecte ▸ Forme d'écart à une autre variété linguistique structuralement proche, qui est soit un autre dialecte soit une norme socialement dominante appelée langue standard et tenue pour seule correcte.

San Remo années 1930

«Quand j'étais étudiant, raconte Italo Calvino, le dialecte était encore ce qui nous distinguait, nous qui venions de San Remo, de nos camarades qui parlaient les dialectes de Vintimille ou Porto Maurizio ou des villages de montagne comme Baiardo et Triora.» Le dialecte (1976) repris dans Ermite à Paris, Paris, Seuil, 2001. Il raconte comment s'est opéré dans son œuvre un renversement de ses allégeances linguistiques. «Dans mes premiers livres, écrit-il, j'avais pour obsession que mon italien soit calqué sur le dialecte de mon enfance, parce que la seule garantie d'authenticité à mes yeux était de rester au plus près de la langue parlée.» Qui pourrait encore repérer aujourd'hui ces tournures dialectales dans les premiers romans de Calvino?

Pendant les vingt-cinq premières années de sa vie, Calvino avait baigné dans le sanremasco, le dialecte de San Remo, sans jamais apprendre à le parler correctement pour ne pas déplaire à sa mère qui jouait, à contre-emploi, le rôle d'ennemi du dialecte et de défenseur de la pureté de la langue italienne officielle. Mais sa langue «maternelle» était celle du père, né en 1875 et qui, du fait de ce demi-siècle d'écart, parlait un dialecte plus riche, précis et expressif que celui des contemporains de son fils né en 1923.

Après la guerre, il s'installa à Turin où son élocution comme son écriture littéraire furent normalisées. A Turin dans les années cinquante le dialecte local était encore très vivant à tous les niveaux de la société et il s'est tout naturellement imposé à Calvino, contaminant son sanremasco d'autant plus facilement que les deux dialectes avaient des racines occitanes communes. La contamination conduisait à l'hypercorrection. Voulant bien faire, le locuteur se surveille et se corrige sans cesse; il gagne en perfection ce qu'il perd en naturel. Les étudiants accentuaient par moquerie leurs différences d'accents parce que l'un venait de Vintimille et l'autre de San Remo. La valeur de chaque dialecte natal tenait aux liens de complicité établis entre ceux qui le parlaient.