orfeoArticleMenu_layout

Didascalies

Les classiques («Racine») accordent la primauté au texte et à l'écriture; les romantiques («Shakespeare») placent la vive voix et la mise en scène de la voix en position dominante. Shakespeare était d'abord un chef de troupe et le texte de Shakespeare est probablement postérieur aux premières représentations scéniques. Le public peut avoir vu la pièce avant de disposer du texte. Disons qu'il y a deux textes au théâtre, un texte pour la lecture et un texte pour la scène, ou bien un texte et un péritexte qu'illustrent concrètement les «didascalies» ou indications scéniques.

didascalie (en grec «enseignement») 1° Instructions du poète dramatique à ses interprètes. 2° Indication de jeu dans une œuvre théâtrale, un scénario.

péritexte (néologisme forgé par Gérard Genette dans les années 70) Ensemble des textes qui complètent le texte principal d'un ouvrage écrit dont ils font partie; genres discursifs qui entourent le texte dans l'espace du même ouvrage. Je me limite à une petite partie seulement des éléments textuels subsumés sous cette catégorie, qui seuls concernent mon propos, à savoir le nom d'auteur, les titres, les dédicaces, les épigraphes, les préfaces, les intertitres, les notes et au théâtre les didascalies, au cinéma le sous-titrage.

A l'intérieur même de l'œuvre dans la mesure où elle est écrite, il y a une mise en scène du texte qui se joue dans la périgraphie du texte principal. La comparaison avec le théâtre indien serait éclairante. Prenez Sakuntala de Kalidasa (sanskrit et prakrit, 4ème s. de notre ère): il en existe deux versions, l'une pour la lecture et l'autre pour la scène (dans laquelle les didascalies multiplient par deux le volume du texte). Cf. Lyne Bansat-Boudon (Traduit du sanskrit et du prakrit, présenté et annoté par), Le Théâtre de Kalidasa, Paris, Gallimard, 1996 (Collection Connaissance de l'Orient); et L. Bansat-Boudon, Pourquoi le théâtre ? La réponse indienne, Paris, Mille et une nuits, 2004, pp. 222-223: la dualité des versions brève/longue correspond à la polarité texte/scène (le texte accompli par la scène).