arpitaSinghMenu_layout

Iconicité des noms de famille et noms de pays

Georges Poulet, L'espace proustien I, La Nouvelle Revue Française,
11e année n°121, 1er janvier 1963, pp. 52–53.

«Noms de famille, noms de pays, l'on sait le rôle immense qu'ils jouent [chez Proust]… considérer le roman entier lui-même comme une vaste amplification sur le pouvoir qu'exercent les noms sur l'esprit. Or les noms de famille, et spécialement les noms de familles nobles, ont cette particularité d'être à la fois le nom d'un lieu et celui d'une personne, et d'amalgamer ainsi dans une entité unique les deux ingrédients dont l'imagination proustienne a besoin…»

«Madame de Guermantes s'était assise. Son nom, comme s'il était accompagné de son titre, ajoutait à sa personne physique son duché qui se projetait autour d'elle et faisait régner la fraîcheur ombreuse et dorée des bois de Guermantes au milieu du salon, à l'entour du pouf où elle était.»

«Le nom du prince de Faffenheim-Munsterburg-Weiningen gardait dans la franchise avec laquelle ses premières syllabes étaient — comme on dit en musique — attaquées, et dans la bégayante répétition qui les scandait, l'élan, la naïveté maniérée, les lourdes «délicatesses» germaniques projetées comme des branchages verdâtres sur le «Heim» d'émail bleu sombre qui déployait la mysticité d'un vitrail rhénan derrière les dorures pâles et finement ciselées du XVIIIe siècle allemand. Ce nom contenait parmi les noms divers dont il était formé, celui d'une petite ville d'eaux allemande où tout enfant j'avais été avec ma grand-mère… Ainsi, sous la visière du prince du Saint-Empire et de l'écuyer de Franconie, ce fut le visage d'une terre aimée où s'étaient souvent arrêtés pour moi les rayons du soleil de six heures que je vis […]» Le Côté de Guermantes.

«Le nom est donc simultanément chose individuelle et locale. Il est nom de pays au même titre qu'il est nom de personne et nom de famille. Mais il est plus encore. Sous la forme d'un de ces phonèmes dont l'on use pour transposer les réalités objectives dans le monde mental [belle définition de l'iconicité], il est cette entité topologique inédite (issue de la fusion d'un site réel avec l'image d'une personne ou l'histoire d'une famille), qui est un lieu irréel, puisqu'il n'a pas sa place dans l'étendue externe, mais subjectivement réel, puisque situé dans les espaces de l'esprit:»

«C'est encore aujourd'hui un des grands charmes des familles nobles qu'elles semblent situées dans un coin de terre particulier, que leur nom est toujours un nom de lieu ou que le nom de leur château (et c'est encore quelquefois le même) donne tout de suite à l'imagination l'impression de la résidence et le désir du voyage. Chaque nom noble contient dans l'espace coloré de ses syllabes un château où après un chemin difficile l'arrivée est douce pour une gaie soirée d'hiver.» Contre Sainte-Beuve.


Cette iconicité (force iconique) des noms de familles nobles dans le snobisme de Proust, qui rêve sur les noms et les lieux, est le degré zéro, la dégradation ou la parodie des rêveries romantiques sur le paysage intérieur, c'est-à-dire sur la correspondance (l'analogie) des lieux et des états d'âme.